© All rights reserved

 Allya Therapy

2012-2013

1/1

Aliyah –Therapy, 2012-2013

Text written by Deborah Abergel

 

At the age of 25, the artist chose to settle in Israel, her “Aliyah”, which means literally “going up towards Israel”. This was not a “return to the promised land” for her, but an exploration of new “shared territories” in the continuity of her Fine Art studies and work.

 

Pursuing her chosen path in terms of personal, artistic and civic-awareness development in Jerusalem, in “Aliyah Therapy”, the artist gives expression to her powerful but paradoxical links with Israel. These links are revealed in works fraught with both a profound attachment to ancestral Judaism and a similarly profound rooting in French secularism.

 

Daughter to a Jewish father of Moroccan origin and a French mother wedded to Jewish culture, the artist, who had long been immersed in the traditional Judaism of the Diaspora, lived this experience as a therapy to which these works bear poignant witness. A “therapy” also in the sense that this lesson in life has also allowed her to seek out new shared territories within her.

 

Allyah -Thérapie, 2012-2013

Texte de Déborah Abergel

 

A l’âge de 25 ans, l’artiste a choisi de faire son Allyah, ce qui signifie littéralement sa « montée vers Israël ». Or il ne s’agissait pas, de prime abord, pour elle d’un « retour » vers la terre promise mais d’une exploration de nouveaux « territoires de partages » dans la continuité de son travail aux Beaux Arts.

 

Poursuivant son parcours artistique personnel et associatif à Jérusalem, nommé « Sion » dans la Bible, l’artiste exprime dans « Allyah-Thérapie » le lien puissant et paradoxal qu’elle entretient avec Israël. Ce lien se révèle dans ces œuvres, empreint d’un attachement profond à un judaïsme ancestral, comme en témoigne les références bibliques, ainsi qu’un ancrage tout aussi profond à la laïcité française.

 

Fille d’un père juif d’origine marocaine et d’une mère française, ayant épousé la culture juive, l’artiste, qui a baigné dans un judaïsme traditionnel de la diaspora, transmis également par sa mère, a vécu cette expérience singulière comme une « thérapie » dont les œuvres regroupées ici sont les témoignages sensibles. « Thérapie » au sens où cette expérience formatrice lui a permis également d’explorer de nouveaux territoires de partages en Elle.